Comment créer une entreprise en France : les étapes à suivre

création d'entreprise

Publié le : 22 septembre 20226 mins de lecture

La création d’une entreprise constitue l’un des projets les plus enthousiasmants qui soit. Il demande toutefois du temps, de la préparation et de l’organisation. Plusieurs étapes sont nécessaires et elles impliquent des démarches ainsi que des formalités.


Quelles sont les étapes pour créer une entreprise en France ?

1. Commencez par identifier un secteur d’activité qui correspond à vos compétences et à vos intérêts. 2. La seconde étape constitue à réaliser une étude de marché, qui servira à identifier vos objectifs, à découvrir les acteurs du secteur (concurrents, clients potentiels, fournisseurs…) dans lequel vous comptez évoluer, ainsi qu’à vous donner une vision plus concrète de votre projet. Cette étude comporte généralement un business plan ; celui-ci doit faire mention de votre stratégie commerciale pour atteindre vos objectifs et des prévisions budgétaires envisagées pour concrétiser votre projet. Il est important de ne pas négliger cette étape car ce document servira à convaincre vos partenaires financiers de sa viabilité et de sa pertinence. Il sera tout aussi essentiel lorsque vous déposerez une demande de prêt auprès d’une banque. 3. L’étape de recherche de financement peut emprunter différents voies : le financement interne de l’entreprise par les apports (capital social) des associés et les apports en comptes courants ; le financement externe grâce aux fonds d’investissement et le crowfunding (système de financement participatif) ; le financement grâce aux prêts bancaires. Il est intéressant de savoir que l’État a mis sur pied différentes aides financières pour aider les demandeurs d’emploi intéressés à la création d’entreprise : ACRE : Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise ARCE : Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise CAPE : Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise NACRE : Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise. La création d’entreprise implique également de trouver une adresse pour son siège social. Il peut s’agir d’un local loué ou faisant partie d’une pépinière d’entreprises, d’un bureau partagé ou encore de votre domicile personnel.

Choisir son statut juridique ?

L’étape suivante consiste à sélectionner un statut juridique adapté à votre type d’entreprise ; ce qui vous permettra de connaître son régime fiscal. Vous devez tenir compte de plusieurs éléments : type d’activité, nombre d’associés ou structure unipersonnelle, capital social minimum, régime social du dirigeant ou gérant(s) et responsabilités de ce(s) dernier(s). Voici quelques précisions sur les différents statuts pour vous aider à faire un choix avisé : SAS : une société par actions simplifiée. Elle offre une bonne protection sociale et plus de flexibilité. SASU : il s’agit d’une SAS unipersonnelle ; elle en est donc la seule actionnaire. Son fonctionnement est souple. SARL : le statut de société à responsabilité limitée peut comporter de 2 à 100 associés. La responsabilité se limite au total de ses apports. Chaque associé ne peut être engagé que pour son apport au capital social. EURL : directement dérivée de la SARL, il s’agit d’un statut juridique unipersonnel qui permet à un entrepreneur de profiter des avantages de la Sarl tout en n’ayant pas à s’associer. SCI : une Société Civile Immobilière a pour objectif de détenir des biens immobiliers et d’acquérir ces actifs avec un minimum de deux personnes. Auto-entrepreneur : une entreprise individuelle inscrite sous le régime des micro-entreprises pour sa fiscalité et du régime micro-social pour ses contributions sociales et cotisations. Entreprise individuelle : société dirigée par un seul propriétaire en son nom propre. Association : statut d’une entreprise à but non lucratif.

Quelles sont les formalités pour officialiser une entreprise ?

Vous devez remplir une déclaration d’activité auprès du Centre des formalités des entreprises (CFE). À ce document, vous devrez joindre un justificatif de domicile (de moins de 3 mois), une déclaration de non-condamnation ainsi qu’une déclaration d’insaisissabilité. Si vous êtes auto-entrepreneur, votre déclaration devra être faite sur le formulaire PO. Pour une activité commerciale, il faut déposer sa demande à la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI) ; pour une activité libérale, à l’Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales (URSSAF); pour une activité artisanale, à la Chambre des métiers et de l’Artisanat (CMA). Cette formalité est obligatoire ; elle sert à obtenir un numéro d’identification unique (Siren) ainsi qu’un code d’Activité Principale Exercée (APE). Comme vous pouvez le constater, créer une entreprise en France ne s’improvise pas. N’hésitez pas à consulter une société en ligne spécialisée dans la création d’entreprise pour vous aider dans votre démarche et vous assurer de prendre les bonnes décisions.


Plan du site